Conseils pour réparer un chien en fuite

Ne voit-il pas une porte ouverte qui se verrouille ? Découvrez comment réparer un chien en fuite.

Cela fait partie de la routine de nombreux chiens. Juste quelqu’un arrive à la porte et ils essaient bientôt de s’échapper. Lorsqu’ils échouent, ils déchaînent un déluge d’aboiements, comme s’ils étaient privés d’un droit naturel. Et le tuteur ne sait pas ce qui est le pire : essayer d’empêcher l’animal de trouver un espace entre ses pattes pour s’échapper, ou supporter le bruit qui dérange tout le voisinage.

Ce n’est pas un problème isolé. Toute personne qui souffre d’un chien en fugue peut savoir qu’elle n’est pas la seule à tenter de prévenir ou de corriger les frasques . D’autre part, il n’est pas non plus possible de se résigner à la situation. Il est nécessaire de corriger l’animal, notamment pour éviter les accidents qui peuvent même être mortels.

Pour éliminer cette “tendance”, il faut user de méthodes positives et de beaucoup de patience, surtout si le fugue en question est déjà un chien adulte, habitué à profiter des plaisirs de la rue. La bonne nouvelle est que les chiens apprennent rapidement et ne s’attardent pas sur le fait qu’ils « vivent en prison ».

Raisons pour lesquelles les chiens fuient

Aucun animal de compagnie n’est né pour être un chien en fuite. Ce n’est pas programmé dans l’ADN. En général, les évasions surviennent chez les animaux qui passent beaucoup de temps seuls et/ou qui ne marchent pas assez souvent. Les promenades quotidiennes sont importantes surtout pour que le chien devienne sociable, apprenant à vivre avec les humains et les autres animaux de compagnie.

Dans la précipitation d’aujourd’hui, cependant, de nombreux propriétaires négligent ce devoir fondamental : promener le chien tous les jours, qu’il pleuve ou qu’il vente – avec une laisse et une laisse. Il ne sert à rien de justifier en disant que la maison a un grand terrain et que l’animal peut jouer dans le jardin ou la cour arrière. N’est-ce pas la même chose.

Lorsqu’un chien ne se promène pas, mais qu’il est à l’aise pour observer les mouvements dans le jardin, il a tendance à comprendre tous les passants – les gens, les animaux domestiques, les voitures, les motos, etc. – comme des menaces potentielles. Les chiens de berger et les bergers peuvent imaginer qu’ils sont des moutons ou des vaches errants – et il est nécessaire de les ramener au bercail.

Tous les chiens sont naturellement des explorateurs – certains plus, d’autres moins. La maison, la cour et le jardin offrent des ressources limitées pour l’investigation. De temps à autre, un nouvel événement peut survenir – une balle qui tombe par terre, ou une souris qui tente d’envahir la propriété, par exemple – mais, en général, la propriété familiale est un environnement monotone.

Les chiens ne regardent pas la télé , ils n’ont pas de passe-temps pour passer le temps, ils ne font pas de recherches sur internet. Par conséquent, la maison offre peu de fonctionnalités. Un environnement monotone est forcément ennuyeux. De plus, de nombreux animaux commencent à prêter plus d’attention à certains stimuli, comme un pneu crevé dans la rue devant ou le feu d’artifice lors de la finale du championnat.

Bien sûr, ils ne savent pas que trop de bruit signifie un revers ou même une fête. Par conséquent, ils ont peur. Dans une certaine mesure, c’est naturel et positif : il ne faut pas quitter la maison dans un orage d’éclairs et de tonnerre. Mais quand n’importe quel clic génère de la peur, la peur devient pathologique.

Devenir un chien en fuite est, dans une certaine mesure, un moyen plus sain de surmonter l’isolement et l’ennui que d’éprouver des peurs injustifiées. Bien sûr, les évasions peuvent se terminer par se faire écraser ou attaquer des inconnus, mais l’animal ne le sait pas avant de s’enfuir – ou de tenter une évasion spectaculaire – digne d’Hollywood.

« Mais après tout, que veut-il ? dirait le tuteur. “Il a tout à la maison.” La réponse à cette plainte est simple : il veut juste être distrait et s’amuser. Sentir les collègues, trouver quelque chose à manger, ramasser un bâton avec lequel jouer. Les raisons sont innombrables et il n’a aucune idée des dangers que cachent les rues.

Mais il y a d’autres raisons pour lesquelles les chiens s’échappent :

• certains chiens sont des chasseurs. De nombreuses races ont été développées pour la chasse, c’est ce qu’elles font de mieux. Même les cabots peuvent avoir, dans leur code génétique, l’instinct du chasseur. Ainsi, lors de l’identification d’une proie (par l’odorat, la vue ou l’ouïe), il est naturel qu’elle veuille la chasser ;

• les chiens non castrés sont évidemment des animaux sexuellement actifs. Une chienne en chaleur essaiera de trouver un compagnon – et si elle n’en trouve pas à la maison, elle s’enfuira sûrement dans la rue. De même, un chien mâle, en percevant les phéromones d’une femelle fertile, cherchera à la retrouver et à la convaincre de s’accoupler. Ces évasions se terminent presque toujours par des bagarres.

Dressage de chiens en fuite

Il y a une raison fondamentale à l’existence d’un chien en fuite. Il ne reconnaît pas l’autorité des tuteurs et, se sentant seul (à ses risques et périls d’ailleurs), il sent qu’il peut décider quoi faire et à quel moment faire ce qu’il veut. L’animal devient un « easy rider ».

Le dressage des chiens est très important pour tous les furry et leurs tuteurs. Dans la nature, les louveteaux naissent dans une meute avec des règles de conduite strictes et apprennent par l’observation. Entre nous, ils apprennent des informations que nous leur transmettons, mais surtout la première fois (ou le premier chien), nous ne savons pas comment gérer la nouvelle relation.

Les traits de personnalité sont uniques : il n’y a pas deux chiens identiques. D’un autre côté, ils sont tous de la même espèce et ont des traits de tempérament et de coexistence communs. Les chiens s’organisent dans une structure hiérarchique hautement stratifiée. Il y a le chef, les mâles dominants, les femelles, les jeunes, les jeunes. À la maison, ils doivent comprendre que le propriétaire est le chef, le chien alpha, que les animaux doivent respecter et obéir.

Peu importe que vous soyez un gardien libéral ou extrêmement strict : chaque maison a ses propres règles, et tant qu’elles ne nuisent pas à la structure émotionnelle des occupants, il n’y a rien de mal à cela. Mais même si votre animal peut dormir dans votre lit et rester avec vous sur le canapé, il doit comprendre “qui est le patron”.

L’espèce a évolué de cette façon. C’est en obéissant aux animaux les plus forts et les mieux préparés pour la chasse et la défense du troupeau que les chiens sont arrivés ici (de nombreuses espèces sont restées en chemin – elles se sont éteintes faute de pouvoir s’adapter). Dans leur relation avec les humains, les chiens savent qu’ils doivent obéir et ils s’en sentent bien. Après tout, l’alpha garantit la nourriture, le confort, les vêtements, les jeux, les promenades, etc.

Fixez des limites à votre animal : les environnements dans lesquels il peut séjourner, les jouets qu’il peut emporter, les objets autorisés et interdits, les horaires familiaux. Éduquer un chien ou un chat, c’est un peu comme éduquer un enfant : sans limites, les chances qu’il devienne un adulte inadapté sont immenses.

Lorsqu’un animal apprend, dès le premier jour de la relation, à obéir aux tuteurs, il devient beaucoup plus facile d’enseigner de nouvelles choses. Mais, si pour une raison quelconque, il n’est pas poli (comme c’est le cas de l’adoption d’un animal errant, par exemple), l’animal peut toujours apprendre. Cela peut demander plus de travail, prendre plus de temps, mais les résultats sont toujours positifs.

Techniques pour empêcher les chiens de s’échapper

Avoir un chien en fuite est une raison plus que suffisante pour apprendre certaines techniques de dressage. L’animal n’a pas besoin d’apprendre des trucs fantaisistes (à moins que l’animal et le propriétaire ne le veuillent et ne s’y consacrent), mais il doit connaître et obéir à certaines commandes de base.

La commande « rester » est l’une des plus simples et peut être enseignée à partir de trois mois. Bien sûr, plus la formation commence tard, plus elle demandera de travail. Mais rassurez-vous, tous les chiens apprennent, chacun à son rythme. Le dicton “le vieux chien n’apprend pas de nouveaux tours” est totalement faux.

Dans un premier temps, placez-vous face à face avec votre chien, tendez la main vers lui et dites « reste ». Vous n’avez pas besoin de crier ou d’élever la voix, mais votre ton doit être ferme. Les chiens sont des animaux grégaires et savent obéir aux ordres, à moins qu’ils n’identifient pas l’autorité du propriétaire. Le but est d’amener le chien à arrêter de faire ce qu’il faisait tout de suite.

L’entraînement doit être fait plusieurs fois par jour et, une fois le bon comportement établi, il doit être renforcé à quelques reprises, lors de promenades par exemple. Pendant la phase d’apprentissage, le chien devrait recevoir une récompense lorsqu’il répond à la commande – une friandise, un animal de compagnie et des mots de soutien.

Les tentatives infructueuses ne doivent jamais être punies, mais le propriétaire doit montrer qu’il est contrarié parce que le chien n’a pas obéi. Le renforcement positif est la meilleure technique d’apprentissage et, croyez-moi, c’est relativement facile, avec des résultats rapides et constants.

Une fois que l’animal a appris à “rester” face au tuteur, l’entraînement se poursuit avec la même commande, mais cette fois avec le tuteur qui s’éloigne – initialement d’un pas ou deux, augmentant la distance à mesure que l’animal s’éloigne du chien progresse dans l’apprentissage. Le but est pour lui de répondre positivement à la distance de dix mètres.

Les récompenses sont importantes car, pour le chien, elles représentent des succès dans la relation avec le propriétaire, qui est le chef de la meute. De toute évidence, toute personne qui donne des friandises aux animaux de compagnie pour une raison quelconque (ou même sans raison du tout) n’aura pas d’excellents résultats avec la méthode. Une fois que le comportement attendu a été intériorisé, les récompenses peuvent être éliminées.

Les chiens les plus têtus auront peut-être besoin de plus de temps pour comprendre la commande, mais dans un maximum de dix jours, ils seront immobiles lorsqu’ils entendront le “restez”. Nous parlons de chiens bien adaptés : les animaux anxieux ou déprimés ne répondront pas à l’entraînement. Il faut d’abord éliminer les causes qui ont généré le trouble émotionnel.

L’étape suivante consiste à approcher la porte (ou la voie d’évacuation préférée). Votre chien sait déjà « rester », à la fois près de vous et à distance. La porte, cependant, est un point de séduction pour lui. Arrivez à l’entrée, ouvrez la porte et laissez-le ressentir tous les stimuli (le bruit du loquet, la lumière la plus vive, “l’odeur de la rue”).

Si le chien a toujours hâte de s’échapper, simulez simplement le bruit du loquet, sans ouvrir la porte. Le but est qu’il ne se sente pas encouragé à courir à l’entrée de la maison lorsqu’il entend certains sons, comme la sonnette, le cliquetis des clés, etc. Si ces stimuli sont présents, mais que la porte reste fermée, le chien finira par comprendre qu’il ne doit pas s’approcher.

La formation peut être alternée avec d’autres techniques. Essayez de jouer avec votre chien. Choisissez l’un de leurs jeux préférés et consacrez quelques minutes à ces activités. Dirigez-vous ensuite vers la porte. Naturellement, le chien aura tendance à vous suivre. Mettez-vous devant lui, dites « non », renforcez la commande et continuez à vous diriger vers la porte. Avec un peu de temps d’entraînement, il découvrira qu’il y a des choses qu’il ne peut pas faire.

La formation peut être renforcée par des expériences plus complexes. Allez avec l’animal à la porte et jetez un jouet (quelque chose qu’il aime vraiment) sur le trottoir. Gardez-le attaché à la chaîne pour éviter les accidents. Observez la réaction : s’il essaie de se libérer pour saisir l’objet, insistez sur « non » et « reste ». Enfin, récupérez le jouet et offrez-le au chiot. C’est comme si vous disiez : “la rue n’est pas un endroit où les chiens sont seuls”.

Plus le chien est têtu, plus l’entraînement doit être progressif. Après avoir découvert que les bruits liés à la porte ne signifient pas forcément que l’entrée et la sortie sont ouvertes, il est temps de confirmer l’utilité de la porte.

Demandez à quelqu’un de frapper à la porte (ou de sonner la cloche) pendant que vous insistez sur la commande “rester”. Il est très probable que le chien ne s’attardera pas sur les premières tentatives, mais on sait déjà qu’une patience infinie est toujours couronnée de succès. À chaque avance vers la porte, ramenez-la à son emplacement d’origine et répétez la commande.

Le temps de formation est proportionnel aux expériences du chien et, bien sûr, à la persévérance du tuteur. Beaucoup de gens abandonnent lorsque l’entraînement est à mi-parcours, pour reprendre l’entraînement quelques jours plus tard (dans ce cas, cela signifie repartir de zéro).

Certaines circonstances peuvent altérer ou empêcher la formation :

• les chiens très anxieux ne pourront pas « tenir la vague ». Autrement dit, ils ne pourront pas résister à l’appel de la rue, même s’ils n’ont jamais quitté la maison seuls. Dans ce cas, il est nécessaire d’identifier les causes de l’anxiété et de les corriger avant de commencer le traitement ;

• certains chiens ne reconnaissent pas l’autorité des tuteurs. Lorsque cela se produit, ils n’accepteront pas d’apprendre quoi que ce soit d’une personne qui n’est pas le chef de meute. Certaines races sont très indépendantes, mais c’est la relation qui détermine principalement cet échec de la hiérarchie.

NE RATEZ RIEN DE L'ACTUALITÉ DE MONCHATCHIEN :


𝔑𝔢𝔴𝔰𝔩𝔢𝔱𝔱𝔢𝔯

En m’inscrivant, j’accepte les Conditions et la Politique de confidentialité.

Articles Similaires

Races de Chats

Races de Chiens

Rester connecté

500,000FansJ'aime
60,540SuiveursSuivre
20,149SuiveursSuivre
50,000SuiveursSuivre
40,024SuiveursSuivre

Histoires récentes